AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Considérations techniques variées : PERMUTATIONS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Considérations techniques variées : PERMUTATIONS   Mar 19 Fév - 2:48

Le premier prof de guitare (et de jazz) que j'ai eu s'appelait Ray ESTWICK. C'était un Américain à Paris (un autre...), dans les années 70, avant l'ouverture du CIM, école de jazz.

Il enseignait sur tous instruments, et bien qu'il ait été plutôt pianiste et vibraphoniste (à quatre mailloches...), il prétendait bien connaître la guitare. Il n'enseignait rien, strictement rien de strictement guitaristique...

Son système reposait sur la division d'une gamme donnée (d'une échelle donnée de tonalité) en "UNITS", de trois ou quatre notes, à partir de toute note de l'échelle. Il les développait en PERMUTATIONS, et enchaînait chaque UNit avec d'autres, également selon un dispositif de permutations. Ex. les trois notes Do Ré Mi donnaient les 6 possibilités : Do Ré mi, Do Mi Ré, Ré Do Mi, Ré Mi Do, Mi Ré Do, Mi Do Ré... Do Ré Mi s'enchaînait avec Fa La Sol (et non Fa Sol La comme dansune gamme droite...), Do Mi Ré avec Sol La Si... Ré Do Mi avec Sol La Fa, Ré Mi Do / La Sol Si... Mi Ré Do / La Fa Sol... Mi Do Ré/ Si La Sol.... Le second groupe de tris notes pouvant être joué au-dessus ou en dessous du premier, et cfhaque UNIT faisant l'objet de tous les doigtés possibles sur la guitare, si bien que rien n'était joué en connaissant ou respectant des doigtés de gammes, mais toujours de façon brisé, et exigeant souven,t des démanchements au lieu de rester en position. On obtenait par ex l'enchaînement Do ré mi Fa la Sol, Si la do Mi fa ré, La sol fa Ré si do (ré mi fa la sol etc en boucle) vers le haut ou le bas à chaque majuscule, et ceci à partir de toutes notes de la gamme (ou mode, si l'on préfère). Comme variante, on pouvait doubler une note, ou faire de Do ré mi, Do ré do mi etc... Tout ça sans indication de rythme a priori.

Un gros intérêt fut pour moi une connaissance mélodique du manche assez systématique (en Do, mais aisément transposable), et le désintérêt pour le travail des gammes de façon traditionnelle, qui tend à scléroser le jeu. L'inconvénient, ce qu'entendant des choses dans ma tête que je voulais jouer, elles n'entraient pas forcément dans cette contrainte, et j'ai assez vite abandonné. Un autre intérêt est qu'il avait divisé comme ça aussi la gamme du blues (en UNITS de deux, trois ou quatre notes) à jouer en permuations entre elles et à l'intérieur de chaque unité : cela débouche sur des phrases qui sortent radicalement des plans usés (jusqu'à la corde) et une originalité mélodique sans limites, ou du moins une stimulation à l'improvisation (réelle, cad en temps réel), à "joeur" littéralement avec des groupes de notes, de façon à créer son propre discours. Tous les grands musiciens font ça, disons que c'est une méthode pour s'obliger à le faire, plutôt qu'apprendre des plans à la manière de, et se faire chier avec stéréotype de travail sur les gammes : comme ça, on invente son propre sens mélodique.

On remarquera que ce n'est rien d'autre qu'une méthode utilisée par ex. pour le travail des arpèges, en classique, ou l'utilisation de tous les doigts dans tous les sens... Perso, j'ai retenu cette idée de permutations que j'utlise très souvent dès que j'aborde un élément composite (3 accords, trois notes)... Cela pousse à jouer de façon moins stéréotypée, et à travailler les enchaînements moins aisés techniquement, alors qu'ils peuvent être intéressants musicalement.

Je ne sais pas si ce type a réellement formé des musiciens, et je ne sais d'ailleurs pas ce qu'il est devenu, mais je trouve que son système, qui était plutôt de nature à crérer une "école", un style à part entière, ne manquait pas d'intérêt, dans son principe, ou du moins dans son intention.

Voilà, pour ce qu'il en reste, si vous vous sentez coincé en impro et que vous en avez marre de jouer toujours les mêmes notes dans le même sens, PERMUTEZ, ce sera, comme ne disait pas Nougaro, la permutation...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Permutations sur la gamme du BLUES   Mar 19 Fév - 14:32

Je donne ici le principe de Ray ESTWICK sur la gamme du blues. La gamme, deux renversements, et leurs découpages en unités de 2, 3, ou 4 notes. Je donne l'exemple sur la gamme de LA blues (jouable en Blues A mineur ou majeur, et en DO blues majeur également, en compagnie de la gamme Do blues mineur. LA blues : La do ré ré# mi sol (la). DO blues : Do mib fa fa# sib (do). De même sur un blues en A , on pourra jouer la gamme de blues de F# (fa# la si do do# mi fa#).

- Gamme du blues A (mineur) ou C (majeur), 3 unités : la do / do ré ré# mi / mi sol la

- 1er renversement, 3 unités : do ré ré# / ré# mi sol / sol la do

- 2ème renversement, 2 unités : sol la do / ré ré# mi sol

Prendre par exemple la gamme et enchaîner les trois unités en faisant des permutations de notes à l'intérieur de chacune, et entre les unités, sur le principe décrit dans le message précédent. On peut essayer de jouer les unités successives vers le haut ou vers le bas. Le résultat est garanti, très efficace : on obtient des phrases qui sortent littéralement des plans habituels, et avec un peu d'habitude on peut se créer un jeu bluesy tout à fait personnel. Donc, pour être clair, cette gamme peut se jouer sur un blues en LA (trois accords de base A7 D7 E7) ou sur un blues en DO (C7 F7 G7).



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Permutations et travail du médiator / musculation des doigts   Mar 19 Fév - 15:20

Quand j'étais petit j'avais un book intituled "Right hand developpement for Jazz Guitar" by Renard D.Hoover, entièrement d'exercices sur cordes à vide pour le médiator, meilleur à mon avis que les quelques exemples donnés par Cullaz dans ses méthodes (Howard Roberts a des trucs intéressants dans son maigre mais très dense "Guitar Book").

Je suis bien persuadé que, dans n'importe quel style de guitare (blues jazz classique flamenco latin africain...) le développement de la main droite est capital, équivalent au souffle, aux lèvres chez un sax... Les grands font tous la différence avec leur main droite. Oui, c'est un peu idiot de dire ça, ce qui compte, c'est aussi la main gauche et la coordination, mais bon... la main droite ! En classique, Scott Tenant insiste beaucoup sur les exercices main droite dans son "Pumping Nylon". Le virtuose Stepan Rak aussi, qui fait travailler ses élèves avec les doigts dans l'autre sens (en remontant) pour les muscler et obtenir ainsi le son du "buté" (rest stroke) en "pincé" (free stroke). C'est assez comparable avec des méthodes de batterie ou percussion pour gagner en virtuosité avec des baguettes (caisse claire) ou les mains (congas, Giovanni Hidalgo, Mano Secreta, etc.) : on travaille la puissance du mouvement pour remonter comme si on tapait en l'air, et on relâche sur l'instrument... assez comparable aussi avec des techniques d'arts martiaux... et compatible avec les conseils d'un Kenny Werner dans Effortless Mastery.

Bref, pour revenir aux "permutations". Essayer, que ce soit avec le médiator ou les doigts, ce type d'exercice sur une corde, sur deux cordes : do ré mi / do mi ré / ré do mi / ré mi do / mi ré do / mi do ré, et, comme il y a des répétitions, enchaîner en boucle : do ré mi do mi ré (ré) do mi ré mi do mi ré do mi do ré (mi do mi ré etc)

ça fait une phrase avec 17 attaques, de quoi se faire plaisir en variant la sauce rhytmiquement..., parce qu'on peut pas le jouer en croches sur du quatre temps et retomber sur ses pieds ;-) ça se décale pire que du Monk... (il y a plusieurs prises de Rollins avec Elvin Jones et Wilbur Ware, au Vanguard, où ils se plantent rythmiquement, pour revenir... C'est Georges Paczynski qui raconte ça dans son histoire de la batterie Jazz, à propos d'Elvin..., tout en affirmant que les prises où ils se plantent sont les meilleures)

Sur trois cordes consécutives ou non, on préfèrera "la do mi" ou tout autre "arpège", voire cordes à vide sur le principe 123 132 213 231 321 312 ou en boucle 123 132 (2)13 231 321 312 (12)3 etc

On est pas obligé d'utiliser l'aller-retour systématique (j'aime pas parce que ça donne un jeu mécanique) mais on est loin des plans "rapides" glissant le médiator dans un même sens montant ou descendant. C'est-à-dire qu'en toute circonstance, on privilégie les notes qu'on joue, ou qu'on va jouer, en fonction non d'habitude des doigts, mais de musique que l'on a en tête. Peut-être que c'est moins impressionnant, moins guitaristique, mais cela me semble plus musical.

On l'aura compris, je suis partisan d'approches qui privilégient la musique sur l'instrument, et l'on comprendra que je n'ai pas grand chose à dire sur les discussions qui parlent des guitares comme d'autres des bagnoles.


Dernière édition par Patlotch le Mar 19 Fév - 15:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Karmatotal
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 1582
Age : 56
Localisation : Devant mon écran
Date d'inscription : 10/09/2007

MessageSujet: Re: Considérations techniques variées : PERMUTATIONS   Mar 19 Fév - 15:34



Bien , bien. Laughing

Ce principe des permutations je l'ai appris avec mon prof qui le tient lui-même d'Eric Boëll (son prof avec Cullaz) qui le tenait lui-même de la Berklee qui le tenait ...

Je trouve également que c'est un excellent principe : on retrouve aussi les triades, etc. Tous ces exercices de brouillage de gammes (comme le travail par quartes, par quintes, par seconde + tierces etc.) sont très bons pour éviter le son "gamme" et trouver des idées mélodiques.

Après, comme c'est un système, il faut aussi ne pas s'y enfermer. Pour travailler c'est super, à mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
http://karmatotal.unblog.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Considérations techniques variées : PERMUTATIONS   Mar 19 Fév - 16:01

Le risque que les permutations fassent système est moindre que le principe d'apprendre les gammes (toutes droites) ou les arpèges, et même en tierces, quartes, et tout ce qu'on veut, parce que si on ne les a jamais apprises comme ça, on ne sortira jamais des plans comme on en entend partout, du jazz aseptisé, des guitarismeu deu jâzze, autrement dit des beaufs de musique. En permanence, on privilégie la mélodie, la note que l'on veut jouer, comme Monk, comme Steve Lacy.

Mais là, on aboutit à la question : qu'est-ce que jouer du "jazz", réellement improviser... c'est un peu anti-virtuose, ou plutôt ça débouche sur une virtuosité personnelle, pas sur la répétition d'un style copié chez machin. Tout ce qui fait un vrai musicien de jazz, pour moi, c'est ce qu'il invente par lui-même, comme son langage propre. Le reste c'est de l'imitation, du "comme si", alors bien sûr ça y ressemble, ça peut même être mieux, plus vite, plus fort, mais ça explique aussi pourquoi on s'emmerde, aujourd'hui, avec 95% de ce qui est donné pour du "jazz", et qui, depuis belle lurette, en a abandonné l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Karmatotal
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 1582
Age : 56
Localisation : Devant mon écran
Date d'inscription : 10/09/2007

MessageSujet: Re: Considérations techniques variées : PERMUTATIONS   Mar 19 Fév - 16:03


Je suis d'accord sur le risque moindre, je voulais simplement dire que tout système; même celui-ci -- que je pratique sous une forme ou une autre -- peut potentiellement tuer la créativité si on en fait une règle de jeu immuable.

Mais je pense que nous sommes d'accord là-dessus.
Revenir en haut Aller en bas
http://karmatotal.unblog.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Considérations techniques variées : PERMUTATIONS   

Revenir en haut Aller en bas
 
Considérations techniques variées : PERMUTATIONS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Considérations techniques variées : PERMUTATIONS
» Mahler : Votre intégrale idéale & Autres considérations
» Maths, physique et autres considérations scientifiques
» Altérations sur les tonalités graves
» Altérations du trou 2...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guitar & Jazz :: Théorie et technique-
Sauter vers: