AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Au clair de la lune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Au clair de la lune   Mar 12 Mar - 16:39

Aujourd'hui, on va s'amuser (on n'est pas là pour se faire...)

L'idée est d'apprendre beaucoup, à partir d'éléments simples, que l'on peut adapter à tous niveaux, de débutants à très avancés.

Au départ on choisit une mélodie. Une mélodie simple : Au clair de la lune, Frères Jacques, Beethoven, Chopin... ou un passage de standard qu'il soit harmonisé classiquement (anatole etc) ou plus sophistiqué (Ellington, modif bebop des classiques, cycles Autumn Leaves, All the things etc). Disons DO RÉ MI

Le but est d'acquérir une meilleure oreille, que ce soit pour apprendre les intervalles, des bases harmoniques ou modales, ou pour improviser librement, penser les accords comme couleurs autant que comme harmoniquement justifiés etc... Le but est de jouer des choses qui arrivent dans la tête plutôt que sous les doigts, le but est d'écouter ce qu'on joue, pour jouer ce qu'on entend, et pas ce qu'on a appris qu'il fallait jouer. Le but est de sortir de toute planification. Le but est d'improviser. Le but est d'être libre en musique. Le but est une musique libérante, pas une musique sclérosée, déshistorisée. Le but est d'inventer son jazz, pas de répéter le jazz d'un autre.

Donc jouer Au clair de la lune (base d'un poème à cinq temps de Rimbaud) : do do do ré mi, ré, do mi ré ré do, (etc. pour le niveau débutant-moyen), partout et de toutes manières sur le manche

Ensuite, de façon tant mécanique que "savante", l'harmoniser en intervalles. Pour ceux qui connaissent, en tierces, en sixtes, en dixièmes dans la gamme de do, et transpositions dans les 12 autres tons, à enchaîner en demi-tons, cycle de quintes, tons, ton demi-ton... etc exercices de bases bien connus. On sera donc, potentiellement, en bi-modalité...

Pour ceux qui débutent tant que pour ceux qui, savants, ont envie de changer de couleurs, "harmoniser" en intervalles parallèles, cad sans complications de doigtés sur la guitare. Do ré mi, ré mi fa, mi fa sol, et permutations, ou toutes mélodies, selon tous les intervalles possibles, de la seconde mineure à la quinte ou l'octave redoublée. On sera donc, potentiellement, en bi-tonalité... C'est un moyen radical de se rentrer dans la feuille non seulement les intervalles pour l'oreille débutante, mais des couleurs nouvelles à intégrer dans son jeu pour les plus avancés, sans se préoccuper de leur signification harmonique; ce sont des mécanismes développant l'indépendance des doigts de la main gauche, la virtuosité au médiator ou la technique des doigts main droite... et l'oreille improvisatrice. Rythmiquement tant qu'"harmoniquement", c'est une base pour le contrepoint à deux voix.

Après ça, sur ce principe, on peut complexifier... introduire des chromatismes de façon purement visuelle sur le manche (au dessus, en dessous, croiser les voix...), écouter ce que ça donne... l'important étant de lier l'oreille à des mécanismes qu'on aura ensuite sous les doigts en situation de jeu, comme couleurs davantage que comme notes à jouer comme "justes". Varier la sauce rythmiquement, se faire plaisir avec très peu de moyens, et là, chacun découvre qu'il aurait pu être un super guitariste de jazz.

On va découvrir là un moyen réel dont, à partir de l'harmonie basique des standards d'avant-guerre, on est passé du swing au bop (de Coleman Hawkins* à Charlie Parker en passant par Lester Young, Charlie Christian...). On va comprendre que l'apprentissage par les modes est pratique, "pédagogique", mais artificiel tant historiquement que musicalement, sauf quand la musique devient "modale" (Miles etc.) mais c'est une autre histoire.

Quel que soit le niveau, travailler ce genre de trucs change votre perspective musicale en quelques semaines.

Résultat garanti.


* je ne retrouve pas une video de Nelson Veras repiquant le solo d'Hawkins sur "When lights are low" des sessions fantastiques de Lionel Hampton sur RCA Victor. http://www.youtube.com/watch?v=8VYlWi3nrok Merci aux contributeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au clair de la lune   Mar 12 Mar - 17:30

Dans un deuxième temps, qui pourrait être aussi premier, selon, il faudrait que ça sonne un peu de "jazz". Pour que ça sonne "jazz", ya pas de secret, faut aller aux sources, donc (le précédent étant l'approche occidentale), au BLUES*.

Et donc, l'astuce est d'introduire les "blue-notes" dans cette manipulation. Au clair de la lune Do ré mi jouera sur Ré# ou Mib et tous intermédiaires selon la technique guitaristique (band) ou fretless (glissé...)

Dans la suite Ré ré ré ré la la, ré do si la sol, le "ré" peut se tendre en blue note, comme le "si" ou le "la" se bémoliser (sans le dire on est en mode altéré, on est en mode diminué etc. Bartok et tout ce qu'on veut sur le nième degré blabla, bref une prise de tête théoriciste artificieuse).

De même, le sol de la chute peut se transformer en fa#, autre "blue note" en DO, et là, tout de suite, on se prend pour Thelonious Monk (vs Scriabine ou Bartok, mais c'est une autre histoire).

On est donc, là, dans une approche du blues qui est plus proche de sa genèse historique, cad la façon dont les Noirs, esclaves ou descendants, chantaient les mélodies européennes, avec des inflexions héritées de leurs origines (pas exactement des pentatoniques, en plus ça dépend des provenance en Afrique, selon les besoins du colonialisme américain). Plus proche de sa genèse historique que de la construction, après-coup, de "gammes du blues" (imposées par le réductionnisme du tempérament), car en vérité, les guitaristes du Mississipi et autres, ne jouent pas des "gam'dublues", et encore moins des pentatoniques auxquelles on rajoutent ceci ou cela. Ça c'est l'histoire qu'on a écrit après coup, c'est surtout la façon dont les musicologues occidentaux (André Hodeir en tête) ont réduit et la supposée "harmonie du blues", et la construction du be bop (sans parler que tout ça se rabat sur le 'tempérament' donc viole les racines modales - cf Alain Daniélou Traité de Musicologie Comparée, éditions Hermann, 1959). Une fumisterie musicologique occidentaliste, y compris de la part de ceux qui défendaient la noblesse du jazz contre la supériorité de la musique 'classique'. Autrement dit double méprise... Piocher dans http://patlotch.free.fr/text/1e9b5431-107.html pour la "démonstration"

Cela dit, après coup, évidemment, on a joué des penta et des "gam'dublues", et l'on a retrouvé, selon son talent, l'esprit du blues...

Pour le fun, j'ai trouvé ça après
An encounter with Martial Solal, improvisation and technique
http://www.youtube.com/watch?v=BiMQC--dDmU

* lire II1.7 de l’influence des Gospel et Spiritual dans le jazz http://patlotch.free.fr/text/1e9b5431-150.html
et II1.8 quand les musiciens de jazz parlent du blues http://patlotch.free.fr/text/1e9b5431-151.html


Dernière édition par Trougle le Mer 13 Mar - 1:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au clair de la lune   Mar 12 Mar - 18:38

Incidente

On nous propose, depuis des décennies, le meilleur guitariste du monde en toutes versions rock-blues, et je tairai les noms, mais quand, hormis le son (et bien souvent le matos), on le rapporte à des notes, il ne reste pas grand chose, et quand, quel que soit le "niveau" et la réputation, on entend de sempiternels morceaux de pentatoniques joués tout droit, sans aucune variation mélodique (telles qu'en proposaient Bubber Miley, cet ancêtre de Jimmy Hendrix, Harry Edison, Tiny Grimes, Franck Butler, Les Spann - le merveilleux guitariste du Back to back Ellington/Hodges).................... on s'emmerde. Voir Permutations sur la gamme du blues http://guitarandjazz.americantalk.net/t996-permutations-sur-la-gamme-du-blues

(...)

Ce qui me gênait, chez les musiciens avec qui j'ai joué, qu'ils soient batteurs ou saxophonistes, c'est qu'ils avaient appris directement une musique de genre be-bop - à l'époque c'était la référence revival, sorties édulcorée des écoles. Le jazz "classique" les emmerdait, du coup ils ne savaient pas ce qu'était le swing, il ne sentaient pas, dans le "jazzeumoderneu" qu'ils jouaient, ce qui provenait d'avant. Du coup, ça devenait raide comme un coup de trique, ils ne saisissaient pas le swing dans le quatre temps joué 4/4 mais venant du 2/4 (Jimmy Lunceford For Dancers only for exemple ou http://www.youtube.com/watch?v=4ieT4m-Eqhs son guitariste s'appelait Eddy Durham, il joue, comme Floyd Smith, de la guitare amplifiée avant Charlie Christian http://www.youtube.com/watch?v=HwXzGuQfMJQ).

De même que plus tard, nombre de clones ne saisissent pas le passage du be-bop au jazz binaire/ternaire, que représente particulièrement, le druming de Tony Williams puis Dejohnette, adapté in Frankreich par Daniel Humair. Une des plus grandes leçons de rythme et de swing que j'ai pu recevoir est d'écouter, dans le trio Jarreth, les cymbales de Jack Dejohnette. Le plaisir de suivre ça avec sa gratte, cordes étouffées, au médiator, est incommensurable. Un des plus grands livres de jazz est l'histoire la batterie de jazz de Paczynski chez Outre-mesure, recommandé particulièrement aux non batteurs !

Cela dit, je ne sais pas si le grand Jack appréciait la Fourme d'Ambert scratch

Pour le fun
Dejohnette / Abercrombie / Holland remake, mais bon...
http://www.youtube.com/watch?v=CQF9bJE800s

Un excellent exercice est d'écouter chaque instrument séparément, puis deux à deux, y compris dans la batterie de mettre tel ou tel instr (cymbale, gross caisse charley) en avant, avec en arrière le reste (batterie, orchestre...) ensuite, quand on joue la guitare, des accords, se concentrer sur l'aigu, la basse, les intermédiaires. Rythmiquement. Faire le travail cordes à vide, ou étouffé, en percu (cf Tal Farlow ou Barney Kessel imitant les bongos). Lire Effortless Mastery Kenny Werner http://kennywerner.com/effortless-mastery


Dernière édition par Trougle le Mer 13 Mar - 1:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au clair de la lune   Mar 12 Mar - 19:48

Intermezzo sur une autre approche du brassage Afrique/Occidént

de la façon unique et personnelle dont notre ami Igor a perçu le rapport entre musique africaine et jazz bass, sur un instrument de son et notre et mon ami Jean-Baptiste

On appréciera particulièrement, non seulement le mariage acoustique entre plusieurs époques et cultures (comme on est loin de Tintin au Congo et des belges perçus non comme blancs mais plutôt roses, plus cochons qu'ivoire), mais le NATUREL - quel son, quelle aisance -, joué pourtant à la feuille, ajouté à l'authenticité africaine, qui s'en trouve non seulement respectée, mais transcendée en une World-Music inouïe, et qui en fait, littéralement, un nouvel objet artistique, à la fois belge et africain. Comme on est loin de coquetteries théoriques. L'émotion nous fait taire.

Et dès lors l'on comprend notre chance commune des 18% de messages igroriens, portés à l'incandescence à + de 35% par la grâce et le talent de notre vénérable Symplespro. Ensemble, ils sont les Sekoutouré de Jazz&Guitar, que dis-je, les Castro, les Chavez, et sans parler, de leur soutien, digne de Carpentier, Garcia Marquez... d'un écrivain tout à fois cultivé, talentueux, humoristique, simple, modeste, effacé, presque réalisant le désir de (j'ai oublié son pseudo 10101010 excuz) Tout le monde aura reconnu Monsieur K. Aussi grand que puisse être un cas K. Un K total.

Cela dit, au nom du blues, avec admiration pour JB, et compassion pour Igor.

Le titre est la JB en action, mais à la vérité, c'est plutôt Igor en action (sic)

http://www.les-grandes-guitares-acoustiques.com/t1128p60-basse-fretless-jb-a-montpellier#18158

Igor, tu nous manques tellement, je t'en supplie, reviens !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au clair de la lune   Mar 12 Mar - 20:53

Quand j'ai écrit mon bouquin, Jazz et problèmes des hommes, je ne disposais d'internet qu'au bureau. C'est ainsi que j'ai pu (re)traduire nombre de sources afro-américaines sur le jazz (signalé TrA), mais pas introduire les liens en hypertexte, parce je n'avais pas les outils. L'essentiel de mon travail est classique, inusable, sur bouquins, à la main, revues etc. C'est deux ans de travail de fourmi. La bibliographie est là http://patlotch.free.fr/text/1e9b5431-184.html ouvrages que j'ai lus en papier et en main, et non morceaux piqués sur Internet comme le prétend un incertain consultant africain sous le patronage gonflé de Yehudi et Pierre Gille truc, qu'évidemment je connais, mais ni comme modèles, ni comme contacts perso à qui me référer - je vois pas leur influence dans les messages de LZ bbzzz (Isabelle Stengers, philosophe des sciences et auteur en compagnie d'un prix Nobel de physique m'a sollicité pour un café, ce fut charmant, et me cite comme annonçant les perspectives d'internet, dans la préface à La sorcellerie capitaliste)., Je suis preneur de citations de LZBzz par Yehudi et Pierre Gilles, en reconnaissance qu'il en a fait, sans gêne, ses modèles d'humilité.



Dernière édition par Trougle le Mar 12 Mar - 23:27, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au clair de la lune   Mar 12 Mar - 21:29

Le PLOUC, selon Debord, que j'ai appliqué au rapport de Français moyen au jazz, ne s'entend pas comme paysan, provincial, sur quoi reposent les 'réponses' de Karmatotal, et son ironie littéraire (Elvin et le fromage, que j'ai bien appréciée comme fiction, mais à côté, comme de bien entendu, cad loin du mentir-vrai qui fait de la fiction une image de la réalité -Aragon etc. Bref un bon exercice littéraire, du point de vue académique, mais une insignifiance du point de vue artistique, comme on n'en est soûlé tous arts confondus : confondus), le PLOUC, c'est le cadre, et le texte en écriture sympathique de mes invectives est ici, avant dernier en bas http://jeanzin.fr/ecorevo/philo/pretapen/debord.htm

stop corps use

avant ce message pour tous, j'ai informé bienveillament Karmatotal en mp, de sa méprise, mp qu'il a lu, auquel il n'a pas daigné répondre, car il ne faut pas encourager les "malades mentaux" reconnus comme tels par tous, sur le forum, c'est la mort dans l'âme que Karmatotal, si citoyen de la civilité, ne peut discuter librement avec Patlotch, fou patented "nous sommes tous d'accord", et même l'intelligence et les connaissances de Patlotch ne sont qu'apparences trompeuses, méfiez-vous, ce genre de névrosé vous entortille, en cas de doute, confiez-vous à un copain infirmier guitariste ou mieux à un psychiatre professionnel, qui, tel Madame Soleil ou ail the moon, vous éclairera sur sa psychologie profonde, ses intentions perverses, sa présence malsainte, sa haine de toussétoutes BREF ! tenez vous à l'écart braves zamateurs de guitare et de jazz (et de bières et de femmes absentes, telles les chantaient Verlaine en sa prison, et prived 'internet ce con de poète, pendant que Mallarmé, pauvre de lui, annonçait le genre professeur et littérateur, les deux revendiquant de la musique avant toute chose, et depuis l'écart pète, les Karma les carpettes se ramassen' ta la pelle, les bobos jourzeureux, les cacas sous le sable ouvrillés with Nina Simone (à la peau de pécher, si si)

(...)

Du fait que suis moi-même de souche auvergnate où j'ai encore ma famille, les critiques de ce point de vue sont aussi déplacées que le reste. On ne voit pas très bien un mépris de ma part genre parigo-province à ce sujet. Une incompréhension, un déformation, une critique ignorante, bref... un prof de l'éduc nat reposé sur son diplôme, et qui se pose, en en appelant à la psychiatrie des copains, en flic culturel réel - on l'a vu - ce que sont, potentiellement, tous les enseignants de l'EN ou autres (en tant que tels, en quoi ils sont pris à leur jeu, sauf s'il s'en échappent acceptant leur schizophrénie comme incontournable, en tant qu'individus/personnes lucides et capables de distancier -Brecht- leur rôle social, au lieu de s'y reconnaître et de s'y coller, de le revendiquer comme noble etc.). J'ai pu le vérifier avec mon fils en classe de 2ème. Mais il est vrai que lui et moi sommes des RACAILLES, avec des copains infréquentables par des Karma, des racailles qui plus est intellectuelles, cad qui savent de quoi elles parlent avant de le critiquer. De diplôme j'en n'ai pas, j'ai fait des études techn math et d'ingénieur en microméca électronique informatique à Besançon, la littérature c'est venu après, mais quand on parle de matos, je ne suis pas si perdu que j'en ai l'air, vis-à-vis d'un prof de lettres agrégé qui n'est pas gêné de jouer faux avec des sax qui jouent faux, mais la ramène sur les modes à utiliser sur tel standard, genre d'affirmation "il n'existe personne qui a joué telles notes sur tel accord" genre "Drop c'est comme ça" alors que c'est qu'une relation, un mouvement (d'où l'intérêt d'un repère unique et non relatif tel que celui-ci de Ted Greene, ce que notre agrégé de lêtre n'a pas encore capté, et qui n'est pas évoqué dans son échange avec Stan, passant pour "intéressant", résultats de ploucs ensembles pérorant), et qu'en tout état de cause, quand on improvise avec un peu de feuille, les modes et les machins à la Siron, on s'en fout.

Moralited

De chacun selon son oreille intérieure, à chacun selon les oreilles extérieures.


Dernière édition par Trougle le Mer 13 Mar - 1:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au clair de la lune   Mar 12 Mar - 23:04

Repos

Deux ou trois qui se paluchent sans basse ni batterie Kress/McDonough/ Eddie Lang

http://www.youtube.com/watch?v=JgNDZsSOpjM

http://www.youtube.com/watch?v=uhcrRuTsPFI

Un qui se paluche tout seul Derek Bailey

http://www.youtube.com/watch?v=ow-YPRq-t8A

Un autre pour l'apéro Fred Frith

http://www.youtube.com/watch?v=M2WSeZZV6iQ
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au clair de la lune   Mar 12 Mar - 23:37

With love in (contre-)bande

Henry Kayser
http://www.youtube.com/watch?v=qwnqMCtDGgc

With love de mes vingts ans Jimmy Hendrix (le meilleur guitariste depuis Charlie Parker)

http://www.youtube.com/watch?v=qwnqMCtDGgc
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au clair de la lune   Mar 12 Mar - 23:59

Pavane pour un forum des feintes

Laurindo Almeida/Bud Shank/Shelly Manne/Ray Brown

http://www.youtube.com/watch?v=3MEfBb3qulA

Laissons aux cons leur lâche ennui Sleep Sleep Sleep Gute nacht !

study Elmore Leonard La loi de la cité
Revenir en haut Aller en bas
stefan
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 345
Age : 45
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 02/08/2008

MessageSujet: Re: Au clair de la lune   Mer 13 Mar - 21:02

Trougle a écrit:
With love de mes vingts ans Jimmy Hendrix (le meilleur guitariste depuis Charlie Parker)
http://www.youtube.com/watch?v=qwnqMCtDGgc

Après une journée de boulot, j'ai un peu de mal à tout écouter Shocked
Revenir en haut Aller en bas
http://youtu.be/bqjtYUS9dDI
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au clair de la lune   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au clair de la lune
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Apprendre la guitare
» Debussy - Oeuvres pour piano
» Liens (hors musique)
» François Adrien Boieldieu (1775-1834)
» Michel Pignolet de Montéclair (1667-1737)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guitar & Jazz :: Théorie et technique-
Sauter vers: